Dernières nouvelles

Les CM2 sont allés à Moramanga , il sont partis le 1er mai et sont rentrés le vendredi 5 mai. Il ont visité un site historique, puis le parc d’Andasibe où ils ont pu voir des makis, la faune et la flore, le barrage hydraulique de Namorona, le transport ferroviaire MADARAIL.

Avec les Troisièmes, nous étions a Ranomafana dans la région de Fianarantsoa où nous avons visité le parc, devenu patrimoine international, nous avons vu des makis, serpents, faunes et flores, puis le barrage hydraulique de Namorona avec les différentes machines, et nous avons pu contempler la jolie chute. Il y avait aussi l’arboretum ainsi que la piscine thermale.

Les Premières sont allées à Majunga, ils ont vu le grand baobab, le port, le parc d’Ankarafantsika, un musée, la mer et la plage.

Gratias, Responsable des parrainages à Madagascar.


 

Mars 2017

A l’occasion d’un voyage à Madagascar, nous avons visité des écoles supérieures à Antsirabé.

C’est accompagnées de Gratias (la responsable des parrainages «au NID») que nous nous sommes rendues dans trois établissements post bac. Nous avons été reçues chaleureusement par les dirigeants de:

  •  l’ESSVA (métiers du tourisme, de la restauration, de l’enseignement.)
  •  l’IFT (métiers de l’informatique, du droit.)
  •  l’ESTIME  (métiers de l’informatique, gestion et comptabilité.)

Comme l’an dernier pour d’autres écoles supérieures, des fiches ont été réalisées, afin d’aider les futurs étudiants dans leurs choix .

Au sein de l’école du «NID», nous avons rencontré les élèves parrainés de terminale, ainsi que les élèves de première. Nous avons essayé de cerner leurs désirs et leurs futurs projets professionnels .

Edith Maillot (responsable des étudiants pour l’association «Nid-Bétaf-Etudes»).


 

Séjour de Claude à Betafo de deux semaines, en février-mars 2017.

L’établissement le Nid -Ados a le souci de se développer et d’assurer un bon enseignement. Mr Joseph son directeur est impliqué dans la formation sur les nouveaux programmes édictés par le ministère, au niveau d’autres établissements à travers le pays. Les bâtiments de l’école se sont bien développés, et nous participons volontiers aux projets : construction d’un château d’eau, réfection du sol du terrain de basket complètement défoncé et source d’accidents.

Nous pensons que notre association qui aide directement un cinquième des élèves du Nid aide aussi les autres jeunes qui y sont scolarisés, en sollicitant un meilleur niveau de français, indispensable, en réclamant une section math pour le lycée. Notre association favorise aussi une meilleure transparence de l’utilisation de l’argent envoyé.

Merci d’être le relais de l’association auprès de vos amis, d’inciter à parrainer et si le parrainage de longue durée fait peur de faire un don, déductible des impôts, merci de faire connaitre le site. Les besoins sont immenses !  Toutes les familles sont pauvres et démunies. Nous aimerions que tous les frères et sœurs des parrainés bénéficient de la cantine, que tous aient les fournitures de base, que tous parrainés ou pas puissent à l’occasion des voyages de fin d’études en CM2, 3ème et première, sortir de leur campagne et découvrir d’autres horizons.

Juste un petit flash : un jour, je vois arriver un enfant de 11 ans Jean Rolland : tablier en lambeaux, une seule tong rafistolée au pied, l’autre définitivement hors d’usage, l’avant-bras gauche avec un gros pansement très sale.  En remontant la manche du tablier on découvre une luxation ancienne du coude  et on constate  que le pansement  cache une fracture vieille  de 10 jours  traitée par le rebouteux dont les tarifs sont 5 fois moins élevés que ceux de  « l’hôpital » de  Betafo , traitement qui laissera une autre déformation sur ce bras  gauche… la maman est veuve, le père a été fauché dans un accident  et bien sûr aucun versement compensatoire , il y a 4 enfants ; elle fait des lessives pour assurer le minimum quotidien et  c’est en aidant sa maman pour ces lessives gagne-pain que Jean Rolland a glissé et s’est fracturé l’avant-bras… Jean Rolland a trouvé une marraine mais ils sont des dizaines dans cette situation de détresse.

Cela vaut vraiment la peine de s’impliquer pour donner un avenir à ces enfants !

Claude Dubois, co-présidente


 

Toujours en mars 2017 deux anciennes élèves du Nid ont reçu leur diplôme pour l’une d’infirmière, pour l’autre de sage- femme après avoir suivi leurs études dans une école d’Antsirabe.


 

Le 22 janvier 2017 s’est tenue l’Assemblée Générale de l ’association. Les membres présents, beaucoup d’adhérents étant en province avaient envoyé leur « bon pour pouvoir », ont bien travaillé dans l’écoute et l’amitié, pour mieux définir les critères de parrainage, de suivi des étudiants, et réfléchir à la création de ce site, œuvre du jeune Thomas Defossez.


 

En mai 2016, la célébration du 45 ème anniversaire du Nid a donné lieu à une grande fête de quatre jours, unissant dans une grande joie, les enseignants et les élèves, les autorités civiles et religieuses de la ville, le tout avec des discours, des musiques, des chants, un défilé, des épreuves sportives et bien sûr autour de bons plats de riz .